Histoire

Témoignage du passé

«A pied, à cheval», peut-on lire aujourd’hui encore sur l’enseigne de bois. Située juste en face des mesures à blé d’époque « taillées dans la pierre » l’Auberge de la Halle reste l’un des témoins privilégiés du riche passé de la Cité médiévale de Gruyères.

Les mesures à grains taillées à même la pierre servaient à négocier les récoltes de blé (XVe siècle).

Zeugnis der Vergangenheit

«A pied, à cheval» («Zu Fuss, zu Pferd») kann man auch heute noch auf dem Holzschild lesen. Die gegenüberliegende Auberge de la Halle mit den in Stein gehauenen Kornmassen aus früherer Zeit bleibt eines der markantesten Zeugnisse aus
der reichen Vergangenheit des mittelalterlichen Städtchens Greyerz.

Die direkt in den Stein gehauenen Kornmasse wurden für den Weizenhandel verwendet (15. Jh.).

Steeped in history

Outside, the wooden sign, a vestige of a bygone age, still reads «A pied, à cheval» (on foot, on horseback). Located just opposite the medieval grain measures carved into the stone, the Auberge de la Halle bears witness to the rich past of the medieval city of Gruyères.

These urns to measure wheat and carved into the stone itself were used by farmers when trading their crops (15th century).

Information sur le système de mesures à Gruyère

(Selon Notice historique sur Gruyère J.H. Thorin p. 408 )

L’unité de mesure pour le blé est le sac

1 quarteron = 15 litres
2 quarterons = 1 bréchet = 30 litres
10 quarterons = 5 bréchets = 150 litres = 1 sac

L’unité de mesure pour le vin est le char

1 pot = 6,625 litres
1 setier = 18 pots = 47,250 litres
1 char = 12 setiers = 567 litres

 

Chalamala Bouffon de Gruyères

1349

Les Comtes de Gruyères aimaient rire et s’amuser. Pour égayer les fêtes données au château ils engageaient un bouffon. Le plus célèbre d’entre eux fut le mime Gérard Chalamala qui vécut au temps de Pierre IV. Pendant les longs soupers de la cour, Chalamala entrait, secouant sa marotte et son bonnet à grelots.
Sa mimique et ses bons mots faisaient rire les plus taciturnes. Chalamala suivait son maître qui visitait les armaillis. Il l’accompagnait dans les coraules. Souvent, il glissait parmi ses bouffonneries quelques paroles pleines de bon sens.
Chalamala mourut en 1349. II légua une partie de sa fortune aux bonnes oeuvres: une vache au Curé de Gruyères, une au Couvent de la Part-Dieu, une autre à celui de la Valsainte, 5 mille francs à l’église de Gruyères.
Aujourd’hui encore, une parcelle de terrain porte son nom, à Epagny; elle lui appartenait ainsi que, probablement, la maison de Chalamala à Gruyères.